La Société des Félibres de Paris - Les Amis de la langue d’oc

L’association « Société des félibres de Paris
-Amis de la langue d’òc »

La SFP-ALO « Société des félibres de Paris -Amis de la langue d’òc » est une association de la loi de 1901, fondée le 23 juillet 1879, reconstituée le 23 mars 1920 (le logo ci-dessus représente les blasons des principales provinces entièrement ou partiellement de langue d’oc).

Elle est affiliée au Félibrige, mouvement littéraire fondé en 1854 par Frédéric Mistral et 6 autres poètes provençaux, les « primadiers » (symbolisés par l’étoile à 7 rayons) pour défendre et promouvoir la langue d’oc.

Le Félibrige « établi pour garder à la nation méridionale sa langue, ses usages, sa façon d’être et tout ce qui constitue son âme nationale », est aussi actif dans la défense de toutes les langues dites régionales de France et même de toutes les langues non officielles en Europe. A ce titre, il est membre du Bureau européen des langues moins répandues (BELMR).

Jacques Mouttet dirige l’association au titre de « capoulié », une association divisée en six « maintenances » (secteurs géographiques) avec, chacune à leur tête, un assesseur et un syndic : Aquitaine (Michèu Samouillan et Valèri Bigault), Auvergne (Nadau Lafon, assesseur et syndic), Gascogne-Haut-Languedoc (Jòrgi Passerat et Evelino Auban), Languedoc-Roussillon (Mario-Nadalo Dupuis et Gabriéu Brun), Limousin (Michèu Tintou et Pau Valière), et Provence (Glaudeto Occelli-Sadaillan et Gui Revest).

Dans l’esprit de Frédéric Mistral, le Félibrige (et donc la SFP-ALO) respecte une stricte neutralité politique. Cependant, opposés à toute manifestation de l’esprit centralisateur, nous ne nous interdisons évidemment pas de réagir devant telle ou telle déclaration contraire à nos positions.

Plan du site

cliquer ici

Actualités

  • Prochaines réunions

    • Samedi 15 janvier 2022, 14 heures 15 : Conférence  « La Vida de Santa Enimia », par Laurent Gazet, doctorant en Philologie romane à l'École Pratique des Hautes Études de la Sorbonne.
      Présentation de l'exposé par le conférencier : Un poème occitan du XIIIe siècle, « La Vida de Santa Enimia ».
      Selon la légende, Sainte Énimie, qui avait vécu au VIIe siècle et était sœur de Dagobert Ier, s'était réfugiée dans le Gévaudan pour guérir de la peste, après avoir refusé le mariage que voulaient lui imposer ses parents. Elle y avait fondé une abbaye et les miracles s'étaient multipliés sur sa tombe.
      Au XIIIe siècle, à la demande du couvent de Sainte-Énimie, dans les gorges du Tarn, le troubadour Bertrans de Masselha compose la Vida de Santa Enimia, poème de deux mille vers qui reprend et traduit un texte latin en y adjoignant de nouveaux miracles et anecdotes. Partant d'un texte hagiographique quelque peu pédant, il compose un poème de ton populaire, qui ne dédaigne pas l'humour et les éléments issus de la tradition occitane. À la BNF, le dossier de la Vita Santa Enimia est constitué de 2 manuscrits du XIVe siècle, très bien conservés : une Vita latine (Ms913) dont le texte, très confit en bondieuseries, date de 1050 environ, et une Vida occitane (Ms6355) dont le texte, daté des années 1302-1308, est très vivant et n’a pas pris une ride.
      Nous vous proposons, lors de cette conférence, de plonger ensemble dans les Gorges du Tarn, à Sainte-Énimie, sur les traces d’une femme suffisamment extraordinaire pour avoir marqué les esprits à l’époque mérovingienne.
      « La tradition des vies de saints, inaugurée en langue occitane au XIe siècle, se continue à l’âge d’or : […] Une des plus charmantes vies de saints que nous ait léguées le Moyen Age est sans nul doute la Vida de Santa Enimia qui date de la fin de l’âge d’or (début du XIIIe siècle) : c’est, à notre avis, un véritable petit chef-d’œuvre de narration ; intérêt dramatique, vivacité du récit, convenance du ton, fraîcheur et grâce du personnage, poésie naïve et directe, sentiment vrai de la nature, fine observation des âmes font de cet ouvrage un recueil, qui devrait être classique, de charmantes légendes. La scène est en Gévaudan […].»  (Charles Camproux, Histoire de la littérature occitane).

      La conférence est organisée avec les « Méridionaux de Sceaux » et la « Veillée d'Auvergne et du Massif Central », à Sceaux (92), salle du premier étage du cinéma « Le Trianon », rue Marguerite Renaudin.

    • Samedi 12 février 2022, 14 heures 15 : Conférence : Les versions occitanes de l'Ancien Testament, par Brigitte Saouma, philosophe, historienne, membre de l'AIEO.
      Présentation de l'exposé par la conférencière : Mon exposé comprendra deux parties : « la première portera sur l'histoire de la traduction de l'Ancien Testament (pleine de rebondissements) et la seconde sur les livres bibliques choisis par le traducteur de l'Ancien Testament occitan. Je ferai un petit résumé de chacun d'eux. Je pense y ajouter des "images" représentant Melchisedech, Tobie, Judith, Esther, Suzanne et pourquoi pas faire écouter un peu de musique.»

      La conférence est organisée avec les « Méridionaux de Sceaux » et la « Veillée d'Auvergne et du Massif Central », à Sceaux (92), salle du premier étage du cinéma « Le Trianon », rue Marguerite Renaudin.

      À la suite de la conférence, nous nous retrouverons pour fêter les Rois autour de gâteaux traditionnels des pays occitans.

  • Articles récents des membres de la SFP-ALO

  • Actualités d'organismes occitans extérieurs

SPIP | esqueleta | | Plan del sit | Seguir la vida del sit RSS 2.0